Ennio Morricone / Podcast : la tentation de la musique absolue

Lire un extrait du podcast

Ennio Morricone désignait par l’expression « musique absolue » celle qu’il composait sans autre objectif premier que de l’écrire. Aussi pouvait-il laisser libre court à son imagination et sa créativité, alliées à une expérience de la partition quasiment sans équivalent et dans de multiples contextes. Nul besoin de s’adapter à un environnement contraignant et souvent changeant. Une façon en quelque sorte de renouer avec la pleine liberté du créateur.

Pendant toutes ces années au service du disque et du cinéma, Morricone ne cessa de composer des pièces classiques et d’alterner, passant de l’une à l’autre, d’un travail de commande à une création pure, presque de façon continue. Et au Maestro de pointer cette difficulté, « cela n’a pas été facile. Il m’a fallu quelque temps pour me défaire de ce « poison ». Aujourd’hui, je n’ai plus besoin de phases de désintoxication » (source : Arte-Interview avec Ennio Morricone le 20 mai 2007 – Propos recueillis par Teresa Pieschacon pour ARTE Magazine).

Un poison, la musique de film, tellement ce fut âpre d’intégrer à chaque composition, le système mis en place par le cinéaste auquel il fallait répondre par une bande-son originale et adéquate ? « Ennio Morricone divisait son œuvre en deux parties : la musique “appliquée”, commandée par des réalisateurs de cinéma pour leurs films, et la musique “absolue”, écrite pour elle-même ». Ennio Morricone intensifia ses créations classiques à compter du début des années quatre-vingt-dix, tout en acceptant de façon sélective des commandes émanant du cinéma. Et créer alternativement pour l’une et l’autre ne relevait pas d’une simple formalité pour le Maestro. « A l’époque, je m’étonnais que Nino Rota puisse écrire des musiques de films alternativement avec des pièces de concert et d’opéra. Plus tard, j’ai enfin compris que cela revenait à la même chose pour lui. Pour moi, c’est très différent. Je dois achever mon travail intellectuellement, clarifier mon système de pensée et ensuite recommencer dans de nouvelles directions… Ce qui est pratiquement irréalisable » (source : Ennio Morricone. Biographie de Anne et Jean Lhassa, Editions Favre Sa – 1989).

Ecouter le podcast

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *