Ennio Morricone / Podcast : l’Académie Sainte Cécile (1939 – 44)

Lire un extrait du podcast

Il marqua très vite des réticences à l’égard de son instrument principal. En effet, sans jamais manquer un seul cours, il se lassa de la trompette solo dont le répertoire étroit se révélait rarement intelligent. « La trompette n’a jamais été mon grand amour » avouera-t-il bien des années plus tard (source : Ennio Morricone « Life Notes » copyright 2016 Musica e Oltre). Il finira par abandonner cet instrument, ce que son père n’avait, selon ses dires, jamais envisagé. La question se pose de savoir si son engouement à découvrir les grands compositeurs ne résultait pas, pour une grande part, de sa volonté de s’extirper du répertoire, à son goût limité, de la trompette ? Tous les compositeurs renommés retenaient son attention comme Giovanni Pierluigi da Palestrina, Claudio Monteverdi, jusqu’à Puccini et Rossini et « la montagne » Jean-Sébastien Bach. Morricone ira jusqu’à donner les prénoms de Giovanni Sebastiano à son dernier fils en hommage au maître. Ils représentent le socle fondateur de sa culture musicale.

Ecouter le podcast

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *