Ennio Morricone : récompenses internationales tardives

Cet extrait concerne le Chapitre XVI relatif aux récompenses internationales qui sont intervenues tard dans la carrière du Maestro.

Lorsque le 14 janvier 2016, la présidente de l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences (celle qui organise l’attribution et la cérémonie des Oscars) Cheryl Boone Isaacs annonça la présence d’Ennio Morricone parmi les cinq noms retenus, pour la meilleure musique de film, la surprise fut générale. En compétition, se trouvaient Ennio Morricone pour Les Huit Salopards (The Hateful Eight), Carter Burwell pour Carol, Thomas Newman pour Le Pont des espions (Bridge of Spies), Jóhann Jóhannsson pour Sicario, John Williams pour Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force (Star Wars: The Force Awakens).

A compter de l’annonce des compétiteurs, les studios de cinéma s’efforcent de mener campagne jusqu’au vote effectif qui a lieu le week-end qui précède la cérémonie. Le film de Tarantino (les Huit Salopards) fut produit par The Weinstein Company du non moins célèbre Harvey Weinstein (1) et de son frère Bob. Cette société était connue pour déployer de gros efforts afin de promotionner ses films auprès des votants. Ainsi elle remporta un total de 300 nominations pour les Oscars et pas moins de 86 statuettes ! Elle était de fait rompue à l’exercice au grand dam des grands studios qui tentaient de l’imiter avec un succès moindre.

Morricone, dans son appartement romain, ne savait trop que faire. Y aller ou pas ? Il avait au moins deux sortes de raisons d’hésiter. D’abord, sa santé lui jouait des tours depuis quelques semaines. Ensuite, il s’y était rendu déjà à cinq reprises pour repartir bredouille. Et la simple idée de renouveler l’expérience ne l’enchantait pas. Au final, il se décida tout de même à se rendre à la cérémonie qui eut lieu le 28 février 2016 à Los Angeles au Dolby Theatre.

Les invités défilèrent sur un tapis rouge, filmés en direct par les plus grosses chaines de télévisions américaines. Chacun regagna sa place numérotée. La lumière se tamisa avant de disparaitre. Chris Rock apparut en maître de cérémonie qu’il ouvrit aussitôt.

La quasi-totalité des oscars fut remise dans un minutage précis que n’aurait pas renié un horloger suisse. Ennio Morricone fut installé dans une loge sur le côté gauche de la salle, côte à côte avec l’immense compositeur John Williams qu’il estimait beaucoup. Le prix de la meilleure musique de film intervenait à la fin de la soirée (en avant dernière position). Et quand vint ce moment, arrivèrent sur la scène, Pharrell Williams and Quincy Jones (ami du Maestro) pour un bref rappel des nominés et l’annonce du résultat du vote, après avoir ouvert l’enveloppe cacheté : « Ennio Morricone » !

La caméra de télévision se braqua sur le Maestro, ému à l’évidence et déjà congratulé par son confrère John Williams. Le lauréat sortit de la loge en compagnie de Giovanni, son fils par ailleurs réalisateur de films. Il se déplaça dans la salle, soutenu par son fils. Au moment de gravir les marches, Quincy Jones clama de nouveau son nom : « Ennio Morricone » ! L’assistance se leva pour une standing ovation. Toute la salle, à l’évidence très émue, se maintenait debout et les applaudissements ne s’arrêtaient plus.

Une longue accolade unit le récipiendaire à Quincy Jones. Le Maestro semblait avoir du mal à réaliser et contenait du mieux qu’il pouvait sa très grande émotion. Vint le moment du discours. Il lut un papier préparé en cas de victoire que Giovanni traduisit en anglais au fur et à mesure. Il remercia les professionnels d’avoir porté leurs suffrages sur sa personne. Il salua les autres nominés et en particulier John Williams. Il remercia Quentin Tarantino de l’avoir choisi et Harvey Weinstein pour leur collaboration. Il dédia ce prix à son épouse Maria avant de saluer l’assistance et quitter la scène, tenant dans ses mains la célèbre figurine de chevalier armé d’une épée, debout sur une bobine de film.

« Et il était plus que grandement temps que l’Académie récompensât enfin le travail d’Ennio Morricone. À 87 ans, le compositeur italien remporta lors de la 88e cérémonie des Oscars, dans la nuit de dimanche à lundi 29 février, sa toute première statuette dorée. A cette occasion, il devint le plus âgé des récipiendaires à recevoir cet Oscar.

Le Maestro, auteur de plus de 350 musiques de films dont Le bon, la brute et le truand, Il était une fois dans l’Ouest ou encore Le Clan des Siciliens, reçut une ovation de la part de toutes les stars réunies au Dolby Theatre. Les larmes aux yeux, il rendit hommage à John Williams, qui concourait aussi pour la musique de Star Wars, ainsi qu’à son ami Quentin Tarantino (2)».


(1) Célèbre pour la liste impressionnante de films de très grande qualité qu’il a produits et pour ses frasques avec la gente féminine qui lui ont valu une condamnation et une peine de prison.

(2) Le Figaro Ennio Morricone remporte son premier Oscar… à 87 ans – Alicia Paulet – 29 février 2016

Retrouvez la biographie d’Ennio Morricone chez votre libraire préféré (en lui indiquant les informations utiles de la page A propos).

Vous pouvez également vous la procurer en ligne et notamment chez Amazon en suivant le lien sponsorisé ci-après :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *